Métisse

Affiche

Métisse
  • 6/10
  • vofr
Film indisponible sur votre territoire
cliquez ici pour voir
les films disponibles
  • Synopsis:

    Lola a deux amants. Un Blanc, un Noir. Lola est enceinte, aussi, mais ne sait pas qui est le père. Qui l'aime, la suive ! Premier film de Kassovitz, comédie énergique, sentimentale mais surtout urbaine et musicale (rap et hip hop) dans l'air du temps des années 90 où le racisme n'est plus un problème mais abordé par le réalisateur (et acteur) comme un atout et une joie de vivre.

    Acteurs:

    • : Félix
    • : Lola
    • : Jamal
    • : Max
    • : La grand-mère de Lola
    • : Le grand-père de Félix
    • : Marilyne
    • : Maurice
    • : Le gynécologue
    • : La tante de Félix

    Dates:

    Date de sortie: 18/08/93

    Equipe du film:

    • : Mathieu Kassovitz
    • : Mathieu Kassovitz
    • : Pierre Aïm
    • : Norbert Garcia
    • : Lydie Bonnaire
    • : Pierre-André Roussotte
    • : Colette Farrugia
    • : Jean-Pierre Segal
    • : Assassin
    • : MKL Distribution
    • : Dimitri de Clercq
    • : Jacques de Clercq
    • : Canal +
    • : Boudjemaa Dahmane
    • : Christophe Rossignon
    • : Nomad Films
    • : Marc Piton
    • : SFP Cinéma
    • : Lazennec

    Informations techniques:

    • Couleur
    • Long metrage
    • Français
    • France
    • 1993
  • Critiques:

    • Télérama

      Télérama

      " D'une caméra alerte, Mathieu Kassovitz trace le portrait d'une jeunesse pour laquelle les différences de culture, de religion, de couleur de peau sont autant de raisons valables pour s'échiner à vivre ensemble. Fustiger le racisme, c'est ce qu'il faisait déjà dans ses deux premiers courts métrages, Fierrot le pou et Cauchemar blanc. Il y a bien, çà et là, quelques baisses de rythme (...) Mais il y a surtout un vrai ton, qui traverse le film et le porte. Métisse vous a un petit côté Jules et Jim mâtiné de Nola Darling n'en fait qu'à sa tête : François Truffaut, Spike Lee... Mathieu Kassovitz a 25 ans, des références et du talent."

      Isabelle Danel, 18/08/1993, Télérama
    • Le Mensuel du cinéma

      Le Mensuel du cinéma

      " Pour son premier film, Mathieu Kassovitz emprunte donc les voies de la comédie de moeurs, même si ces dernières sont évoquées sur un registre délibérément soft où les problèmes les plus crus sont contournés par un gag ou évacués par une pirouette. On pourra sans doute délibérer sur l'efficacité "militante" du sujet, on ne discutera guère de l'efficience d'un scénario fertile et de portraits incisifs modelés par un excellent trio de jeunes acteurs."

      Jacques Zimmer, Le Mensuel du cinéma
    • Positif

      Positif

      " C'est contemporain, traité sur un rythme fébrile assaisonné de rap plus souvent que de chants hébraÏques. Kassovitz metteur en scène a pensé à Woody Allen et plus encore à Spike Lee, celui de Nola Darling. Le message humaniste passe (...)  C'est sa silhouette électrifiée à 3000 volts qui est la plus belle promesse du film..."

      Jean-Pierre Jeancolas, Positif