L'Eté en pente douce

Affiche

L'Eté en pente douce
  • 10/10
  • vo
  • Synopsis:

    En échange d'un lapin cédé à son voisin, Fane reçoit Lilas, brave fille innocente et sensuelle, avec laquelle il décide de partir, tout plaquer pour rejoindre la maison familiale, dans le sud de la France. Il débarque le jour de l'enterrement de sa mère. La tenue légère de la pulpeuse Lilas ne manque pas de choquer les bigotes du village. Les problèmes commencent...

    Acteurs:

    • : Lilas
    • : Maurice Leheurt, dit
    • : Stéphane Leheurt, dit
    • : André Voke
    • : Olivier Voke
    • : le curé
    • : Shawenhick
    • : Jeannot
    • : M. Leval
    • : l'accompagnateur des enfants

    Dates:

    Date de sortie: 29/04/87

    Equipe du film:

    • : Gérard Krawczyk
    • : Gérard Krawczyk
    • : Jean-Paul Lilienfeld
    • : Pierre Pelot
    • : Michel Cenet
    • : Pierre Befve
    • : Roland Vincent
    • : Jacques Dugied
    • : Marie-Josèphe Yoyotte
    • : Jean-François Lepetit
    • : Bernard Grenet
    • : Pascal Hommais
    • : Jean-Marie Duprez

    Informations techniques:

    • Couleur
    • Long metrage
    • Français
    • France
    • 1987
  • Critiques:

    • Télérama

      Télérama

      " Le film s'apparente aux grandes comédies italiennes. La pauvreté, le sexe, l'ennui y sont montrés avec une poisseuse crudité. Mais Gérard Krawczyk observe ses personnages avec compassion. Jacques Villeret est d'une drôlerie déchirante, face à un Jean-Pierre Bacri bougon et secrètement blessé. Pauline Lafont, dont c'était le premier grand rôle, deux ans avant sa mort, offre à sa touchante Marilyn de Prisu un mystère et une fragilité uniques."

      Cécile Mury, Télérama
    • Le Monde

      Le Monde

      "Un drame romanesque qui finit bien. Une idée lancinante du bonheur. L'affiche d'un hyperréalisme un peu crapoteux avec la poitrine-obus de Pauline Lafont crevant les yeux au bord d'une route, la bande-annonce truffée de mots obscènes, donnent une fausse idée du deuxième film de Gérard Krawczyk."

      Jacques Siclier, Le Monde