Juste la fin du monde

Affiche

Juste la fin du monde
  • 8/10
  • vo
Film indisponible sur votre territoire
cliquez ici pour voir
les films disponibles
  • Synopsis:

    Après douze ans d’absence, un écrivain retourne dans son village natal pour annoncer à sa famille sa mort prochaine. Ce sont les retrouvailles avec le cercle familial où l’on se dit l’amour que l’on se porte à travers les éternelles querelles, et où l’on dit malgré nous les rancoeurs qui parlent au nom du doute et de la solitude. Xavier Dolan adapte la pièce de Jean-Luc Lagarce. Grand prix du jury au Festival de Cannes 2016.

    Acteurs:

    • : Louis
    • : La mère
    • : Suzanne
    • : Catherine
    • : Antoine
    • : Pierre Jolicoeur

    Dates:

    Date de sortie: 21/09/16

    Equipe du film:

    • : Xavier Dolan
    • : Xavier Dolan
    • : Jean-Luc Lagarce
    • : André Turpin
    • : Colombe Raby
    • : Sylvain Brassard
    • : Gabriel Yared
    • : Xavier Dolan
    • : Xavier Dolan
    • : Sylvain Corbeil
    • : Nathanaël Karmitz
    • : Michel Merkt
    • : Elisha Karmitz
    • : Nancy Grant

    Informations techniques:

    • Couleur
    • Long metrage
    • Français
    • Canada
    • 2016
  • Critiques:

    • Télérama

      Télérama

      " Le héros (Gaspard Ulliel, doux et fantomatique), 34 ans, revient dans sa modeste famille provinciale, avec le projet d'annoncer sa mort prochaine. Il n'a pas vu sa mère, son frère aîné ni sa petite soeur depuis douze ans. Il n'a jamais rencontré sa belle-soeur, même à l'occasion de la naissance de ses neveux. Il écrit pour le théâtre, dans la capitale.

      Dès le retour du jeune homme à la maison, Juste la fin du monde suggère l'impossibilité de la moindre communication entre ces êtres. Plus rien (ni personne) n'est comme avant. Ecrasé par la mélancolie, le revenant n'arrive pas à dire. Les autres ne veulent pas, ne peuvent pas entendre ce qu'ils devinent sans doute. C'est un moment de gêne absolue et de diversions hystériques. Un moment où toutes les névroses familiales, les jalousies, les frustrations, mais aussi les adorations, encore plus inavouables, se rejouent une dernière fois, dans le chaos. Depuis J'ai tué ma mère jusqu'à Mommy, c'est la honte de soi qui sépare les membres d'une famille dans les films de Xavier Dolan. L'affinité avec la pièce de Lagarce paraît donc totale.

      D'autant que le réalisateur ne commet pas l'erreur de fuir le théâtre : il le revendique, comme pour Tom à la ferme. Hormis une violente scène en voiture entre les deux frères (et encore, on reste dans l'habitacle, avec eux), le huis clos est assumé. Mais des bouffées de lyrisme impromptues, sans ­parole, viennent régulièrement suspendre la dispute familiale. Tout se joue alors sur les visages en gros plan, dans les échanges de regards, d'une ­intensité magnifique.

      A chaque comédien Xavier Dolan donne le temps de livrer de l'inédit. Il ose étirer les scènes plus que de raison, pour faire surgir des nuances et des intonations bouleversantes. Le grand frère prolo et ordurier (Vincent Cassel) semble d'abord un faire-valoir comique, jusqu'à ce que ses fêlures, hurlées, envahissent l'espace. La nervosité fofolle de la mère peinturlurée (Nathalie Baye) dévoile peu à peu une folie plus profonde, peut-être proche de la sagesse. La belle-soeur effacée et bafouillante (Marion Cotillard) devient une belle figure de la compassion, en même temps qu'une vestale de la vie qui doit continuer... Faire jouer à ces acteurs-là (sans oublier Léa Seydoux), tous célèbres et rayonnants, une partition aussi noire, radicale et minoritaire, d'un dramaturge plutôt méconnu, voilà un geste artistique fort et ambitieux. Une manière exemplaire d'entretenir la flamme de la cinéphilie."

      Louis Guichard, Télérama
    • Première

      Première

      " Huis clos aride, jamais inquiet de se rendre aimable, Juste la fin du monde divisera aussi sûrement que la personnalité de son réalisateur. Avec son sixième long métrage (adaptation de la pièce de Jean-Luc Lagarce), Xavier Dolan raconte la mort du dialogue familial et nous met à table durant une heure trente avec des gens qui ne savent plus se parler,  s’invectivent, se coupent la parole en permanence. Des personnages sauvés du grotesque par les interprétations fabuleuses d’un casting cinq étoiles et un principe de mise en scène – le théâtre en gros plan – à l’opposé de l’exercice de style."

      François Léger, Première
  • Les avis:

    • le 23/02/17 | Miovah METZGER | Médiathèque de Beaupré-Tohannic (Vannes)
      10/10

      SOUVENT INSOUTENABLE. MAIS LES ACTEURS SONT SOUVENT BONS MEME SI LES SITUATIONS NE SONT PAS TOUJOURS CREDIBLES.

    • le 15/02/17 | Amstram Gram | Médiathèques du Grand Albigeois
      10/10

      On peut faire passer tant de messages avec des non-dits... Beau film, trés émouvant.

    • le 12/02/17 | Jeanne LAIDAIN | Médiathèques du Grésivaudan
      10/10

      un chef d oeuvre! Merci Mr X Dolan

    • le 12/02/17 | Claudette Wallerand | Médiathèque départementale de Seine et Marne
      5/10

      Mis à part un bon jeu d'acteurs (parfois caricatural), le film ne nous apprend pas grand chose sur les protagonistes, il montre une situation familiale très lourde mais on soupçonne en partie seulement les causes, le principe de la tragédie, unité d'action, de temps et de lieu existe mais ça ne va pas très loin... dommage!

    • le 10/02/17 | Potareve | Médiathèque départementale de Seine et Marne
      10/10

      De l'impossibilité de communique. Après une longue absence les non-dits s'expriment davantage dans les regards que dans les mots bafouillés criés d'un non dialogue. De très beaux jeux de rôle pour un film poignant.